• Trop vieux pour ne pas m'en souvenir et trop jeune pour ne pas l'oublier. Lever les yeux aux ciel m'a toujours permis de me connecter à la grandeur de la Nature et probablement un peu à la notre aussi. Ce que je vois aujourd'hui en levant les yeux me révolte autant que m'attriste.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

    Le débat sur la potentielle nocivité ou même simple impact des ondes des antennes et téléphones portables est faussé et ignoré par tous.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Petit lexique en évolution permanente à usage quotidien.

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • Maladie, malade, douleur, guérison et médicament.

    Ces mots magiques, fourre-tout et mal approchés à mon humble avis. Alors, pour mieux les appréhender j'aime jouer avec la sémantique.

     

    Maladie ou "mal a dit"?

    Si l'on considère notre corps en ami, la maladie pourrait-elle être le fait que le corps nous exprime quelque chose? Ne pouvant exprimer que notre seule parole, sans ça il est humblement réduit au silence. Alors c'est par le "mal" qu'il "a dit". Une sensation d'inconfort ou un dysfonctionnement qui nous signale un déséquilibre souvent plus profond matérialisé par la douleur. Il prend sur lui d'exprimer aussi, bien souvent, ce qui nous dérange plus à nous qu'à lui..!

     

    Malade ou "mal a d…"

    Dans la même logique, un goût d'inachevé. Le malade devient, non le porteur de la maladie mais celui qui ne laisse pas le mal exprimer ce qu'il a à dire donc le processus de rééquilibrage se faire et mener à la guérison. Et le "mal a d…", obtenant le silence grâce au médicaments, le reste.

     

    Parce que c'est lui qui "médit" en "camant" le corps pour le faire taire.

    Ce corps, souvent si patient, accordant et discret, que l'on fait taire comme des tyrans intolérant. Parfois, moyennant d'éprouvants efforts, le corps finit par plier. Il ne prend pourtant pas la parole pour ne rien dire. JAMAIS! Et grâce à cette "médisance" imposée, on cache, on déplace, on multiplie, on créé parfois même l'aggravation. Faisant de la douleur une ennemie inaudible en hurlant plus fort. Et ce "doux leure" devient alors tôt ou tard un "gros problème". Parce qu'on n'a pas su écouter ce dont il avait réellement besoin pour ne rester qu'un "doux leure".

    Nous avons perdu la capacité de traduire les messages de notre corps. Quand il nous parle, nous prévient ou nous signale une mauvaise habitude, une blessure profonde, un soucis ou pire, un manque que nos yeux ne peuvent voir, nous mettons une énergie souveraine à ne pas l'écouter et surtout lui imposer le silence! Nous traitons notre corps en adversaire à soumettre.

    Donc nous somme déjà "mal a d…" tant que nous n'avons pas éprouvé et entendu ce que le "mal a dit" et ce, en faisant taire nos "doux leures" en "médit camant" notre organisme, empêchant la "gai rit son": mélodie naturelle menant à rire gaiement, je le rappelle...

     

    C'est pourquoi la maladie est une source économique fiable et durable à l'avenir prometteur grâce aux médicaments.

    L'être humain est astucieusement éduqué avec un langage TOTALEMENT étranger à lui-même. Le seul langage universel et le premier que nous apprenons durement nous le refusons à en devenir malades. Pourquoi tant d'effort pour marcher sur la tête, avancer en sourds et aveugles, nous éloignant toujours plus de la guérison et nous rapprochant dangereusement des médicaments en fuyant la maladie?

    Le corps connait le langage des aliments, du soleil, des plantes, des pensées, des paroles et des gestes justes. Utiles pour garder l'équilibre. Mais "Et qui libre" avec les médicaments?

    Je finirai sur ce dicton polonais très apprécié par mon médecin:"Le médecin est payé qu'il tue la maladie…ou le malade."

    Je le reformulerais pour ma part en:" L'Industrie de la "santé" vit grâce au malade mais parfois, à son grand regret, elle tue une maladie." Oups…pas fait exprès!oops Rassurez-vous, c'est très rare. La plupart du temps elle en prend grand soin et la garde bien là mais moins visible.cool


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique